Ralentir. Respirer. Eprouver. Ressentir. Ouvrir les yeux. Suivre le souffle. Se reconnecter à son expérience. Revenir au corps, aux sensations, à l’expérience vécue, par une mise à distance des pensées. Percevoir. Écouter ses émotions. Accueillir sans juger. Abandonner la lutte, même en présence d’événements psychologiques désagréables. Renouer le contact avec ses besoins profonds tout en donnant moins de pouvoir à l’ego. Accepter l’imperfection et assumer ce que l’on est. Changer de perspectives afin de se réinventer et de créer de nouvelles possibilités. Clarifier ses valeurs. Choisir de nouvelles directions de vie. S’engager et agir en direction de ce qui est important pour soi pour construire une vie riche et pleine de sens. Devenir soi, pleinement et librement.

Afin de répondre à ces enjeux, nous avons développé un modèle expérientiel, issu de la médecine comportementale, des psychothérapies de 3ème génération, des applications pratiques de la psychologie de l’épanouissement humain, des interventions d’inspiration constructiviste, ainsi que des développements récents dans le champ de la cognition incarnée.

L’accompagnement se distingue par son processus, qui est centré sur l’expérience du client dans la présence de l’instant. Il s’agit pour le client de vivre une expérience au travers de son apprentissage. L’accompagnement a pour objectif, par l’utilisation d’exercices, de métaphores, de conversations, de favoriser une attitude d’ouverture et de curiosité afin d’observer, ressentir, percevoir en conscience, ce qui se passe dans l’expérience du moment, afin de se désengager de son dialogue intérieur. Clarifier ce qui est important pour soi et passer à l’action pour avancer en direction ce qui donne du sens à sa vie.

Dans cette approche il est proposé au client d’accueillir et d’observer avec curiosité et bienveillance son expérience intérieure (pensées, images, jugements, croyances, sensations, émotions…) ; au lieu de chercher à éviter, fuir, juger, ou à lutter contre ses ressentis. 

Les objectifs d’accompagnement sont définis en fonction de ce qui met du sens dans la vie de la personne, tant sur le plan individuel, interpersonnel que spirituel. 

Le processus développe chez le client des compétences lui permettant de se centrer sur l’instant présent, d’intégrer l’acceptation de ses ressentis, la présence à soi et aux autres, la distanciation des pensées et du langage, la bienveillance envers ses faiblesses, le courage d’affronter ses peurs, la reconnaissance de soi comme ayant une valeur inaltérable et l’engagement dans des directions de vie signifiantes et librement choisies.

Le coaching de troisième vague®, une approche concrète, brève, orientée résultat, centrée sur le présent et applicable immédiatement aux problématiques rencontrées par la client, favorisant son autonomie par un transfert de nouvelles compétences, pour lui permettre devenir l’acteur de son projet de vie, de ses choix et de ses actions.

Un processus intégratif en 7 étapes :

Compétences à développer chez le coach et le client :

La présence attentive.

La présence attentive est un état de conscience qui émerge du fait de porter attention de manière intentionnelle au moment présent, sans juger l’expérience qui se déroule moment par moment (Kabat-Zinn, 2003). La présence attentive est un « état de conscience qui résulte du fait de porter son attention, intentionnellement, au moment présent, sans jugement, sur l’expérience qui se déploie moment après moment » (Baer, Smith, & Allen, 2004).

Il s’agit de percevoir une expérience au moment où elle se présente et telle qu’elle se présente, tout en entant sensible au contexte.
Le contact avec le moment présent consiste à diriger son attention sur ce qui se déroule ici et maintenant dans le moment présent, à l’intérieur de soi et dans son environnement, afin de diminuer l’emprise des règles verbales et des conceptualisations du passé (ruminations…) ou du futur (anticipations…).

Compétences à développer :

• un état de conscience sensible à l’expérience ;
• un état d’attention flexible et vigilante, caractérisé par la conscience de l’instant présent et l’observation des états mentaux d’une manière non conceptualisante, non discriminante et non évaluative ;
• une attitude qui se caractérise par la curiosité et l’ouverture, le non- attachement et le non-jugement, la non-rumination mentale et l’acceptation ;
•un état dans lequel l’esprit du sujet ne se laisse pas accrocher ou n’est pas parasité par des pensées, sensations ou émotions à propos d’expériences présentes, passées ou d’attentes futures qui surgissent ;
• un état d’esprit qui met en valeur l’attention et l’habileté à se dégager de schémas de pensées non adaptatifs qui rendent l’individu vulnérable à des états de stress et à d’autres états de « fusion ».

L’acceptation expérientielle.

Butler et Ciarrochi (2007) la définissent de la manière suivante

“Consentir à faire l’expérience d’évènements psychologiques (pensées, émotions et sentiments, souvenirs) sans avoir à les éviter ni les laisser influencer son comportement.”

L’acceptation est une compétence qui permet faire de la place et de s’ouvrir aux pensées, émotions, sensations, impulsions, souvenirs, et images telles qu’elles émergent, sans chercher à les modifier ou les diminuer.

L’acceptation désigne la capacité de s’ouvrir à tout ce qui surgit, instant après instant, sans juger, lutter, éviter… L’acceptation implique le repérage, la curiosité et la distanciation volontaires des évènements psychologiques.

L’acceptation expérientielle ne vise pas à changer le contenu de l’expérience intérieure, mais cherche à modifier la relation du client avec son expérience intérieure.

Le changement de perspective.

La capacité à changer de perspective sur soi et sur le monde, tout en étant capable de prendre le point de vue des autres est une compétence importante pour s’adapter à un monde en perpétuel évolution.

Le changement de perspective est au coeur de notre vie sociale. C’est une compétence extrêmement importante dans la vie, car elle nous aide à savoir comment communiquer avec les autres.

Cette pratique consiste à prendre le point de vue des autres pour se représenter à quoi ressemble le monde à travers les yeux d’une autre personne. (Emotions, désirs, croyances, intentions…)

Lorsque nous sommes en mesure de prendre en compte les points de vue d’autres personnes, nous pouvons anticiper, comprendre et réagir de manière appropriée aux comportements d’autres personnes, ainsi que choisir nos propres comportements en comprenant comment ils seront interprétés. Toutefois, comment les personnes exécutent-elles cette capacité cognitive?

La théorie des cadres relationnels (Hayes, Barnes-Holmes et Roche, 2001) offre un éclairage intéressant sur la prise de perspective. La théorie des cadres relationnels est une approche analytique fonctionnelle qui prend en compte le développement du langage et de la cognition supérieure en termes de modèles généralisés appris de réponse relationnelle, appelés cadres relationnels.

La théorie des cadres relationnels considère la perspective comme une compétence linguistique clé qui se développe dès le plus jeune âge et sous-tend le développement de plusieurs phénomènes importants, notamment l’empathie, un sens sophistiqué de soi et la transcendance.

Les compétences de prise de perspective reposent sur un cadrage relationnel, qui spécifie une relation en termes de perspective du locuteur. « Moi-Toi » ; « Ici-Là » ; et « Maintenant-À un autre moment »

Acquérir ces cadres signifie apprendre à différencier mon comportement («moi») de celui des autres («toi/vous») et apprendre que ma réponse actuelle se trouve toujours à cet endroit («ici») plutôt qu’à un autre endroit («Là-bas») et toujours à cette heure («maintenant») plutôt qu’à une autre moment.

L’action centrée sur les valeurs.

Les valeurs sont des directions de vie choisies que le client peut incarner par des actions engagées.

Elles permettent d’offrir un contrepoint stable aux pensées et aux émotions et facilitent l’action engagée en direction de ce qui est important pour le client. Si l’évitement d’expériences n’est pas un problème en soi, le client peut entre amené à se retrouver coincer en privilégiant des actions de lutte contre son expérience intérieure au détriment d’actions engagées en direction de ses valeurs.

Pour Carl Rogers agir en accord avec ses valeurs est la clé de la réalisation de soi.

Pour Kelly G. Wilson et al (2009) « Les valeurs sont des conséquences verbalement construites associées à l’ensemble d’actions qui forment des patterns dynamiques et évolutifs et dont les conséquences verbalement construites établissent des renforçateurs dominants pour ces actions. Ces conséquences sont librement choisies et les renforçateurs sont intrinsèques à l’engagement dans le pattern comportemental valorisé. »

En choisissant de diriger sa vie vers les valeurs, le client peut faire le choix de ce centrer progressivement sur ce qui est important pour lui et agir ici et maintenant pour les incarner.

Pour plus d’information… Contactez-nous.

error: Content is protected !!
REALISE® - Une nouvelle perspective dans le déploiement des potentialités humaines.Voir