«La gratitude est non seulement la plus grande des vertus,
mais c’est également la mère de toutes les autres. »
– Cicéron –

Gilles Favro – 26 avril 2015.

Est-ce qu’éprouver d’avantage de reconnaissance après avoir pris conscience des activités ou des rencontres agréables de la vie quotidienne, pourrait améliorer le bien-être ?

Depuis une quinzaine d’années de nombreux chercheurs tentent de répondre à cette question.

Expérimentons :

Je vous propose de prendre un moment afin de vous interroger :
– A qui ou de quoi êtes-vous reconnaissants ?
– Quand avez-vous reçu un avantage, une faveur ou un cadeau d’une autre personne?
– Avez-vous été le bénéficiaire récemment d’un acte altruiste ?
– Etes-vous reconnaissant pour les petites choses de votre journée?
– Quels évènements, lieux ou comportements vous permettent-ils d’éprouver de la gratitude ?
– A quelle fréquence ? Une ou plusieurs fois par jour ? Ou moins souvent?
– Lorsque vous éprouvez un sentiment de gratitude, qu’elles émotions ressentez-vous ?
– Ressentez-vous de la joie « ici et maintenant » ?
– Est-ce que c’est difficile de réaliser cet exercice ?

La capacité de ressentir des émotions positives est comparable à un muscle. Elle est renforcée par une pratique régulière qui consiste à apprécier sa vie, ses relations, son environnement et à éprouver de la gratitude pour ce que la vie nous offre.

Qu’est-ce que la gratitude ?

Psychologiquement, la gratitude est une émotion positive qui se produit lorsque une personne se perçoit comme bénéficiaire d’un bienfait ou d’un avantage de la part d’une autre personne. (Emmons & Shelton, 2002; McCullough, Kilpatrick, Emmons, & Larson, 2001)

La gratitude est une réaction à des actions intentionnelles des autres. Nous ne nous sentons généralement pas reconnaissants pour les actions que les gens font pour nous par accident, ou pour des faveurs que nous nous accordons à nous-mêmes (Emmons & Crumpler, 2000).

Seligman et Peterson (2004) ont précisé ce concept en affirmant qu’un sentiment de gratitude et de joie pouvait être éprouvé en réponse à la réception d’un « cadeau » ; que celui-ci soit un avantage tangible de la part d’une autre personne ; ou un moment de bonheur paisible évoquée par la beauté du monde.

Plus récemment les chercheurs ont mis en évidence que la gratitude pouvait également être éprouvée à l’égard de l’existence. ( Shankland 2009, Wood, Froh, Gerahgty, 2010)

De nombreuses études ont révélé que les personnes habituellement reconnaissantes sont plus heureuses, plus énergiques, plus optimistes, plus serviables, emphatiques et qu’elles éprouvent davantage d’émotions positives.

Martin Seligman et ses collègues (Seligman, Steen, Park, & Peterson, 2005), ont constaté que l’introduction d’un exercice d’orientation reconnaissante permettait d’augmenter le bien être des individus sur plusieurs semaines. Ils ont demandé aux participants d’écrire et de remettre en main propre une lettre de gratitude à une personne de leur choix à qui ils étaient reconnaissants, et qu’ils n’avaient pas eu l’occasion de remercier.

Les chercheurs ont fait l’hypothèse que si des bénéfices pouvaient être observés à la suite d’une seule expérience ; une stratégie d’orientation reconnaissante déployée à une fréquence régulière, pourrait améliorer durablement la santé et l’humeur des personnes ; grâce à l’introduction dans leur vie quotidienne de petits rituels leur permettant d’identifier les activités qui leurs procurent du bien-être.

Une étude (Emmons, McCullough, 2003) a réparti des étudiants en trois groupes. Le premier groupe a reçu comme instruction de noter une fois par semaine cinq évènements qui suscitaient en eux un sentiment de reconnaissance. Le deuxième groupe devait noter chaque semaine cinq soucis et le troisième groupe cinq évènements de leur choix. Au bout de dix semaines, les participants ayant exprimé régulièrement de la gratitude se sentaient plus optimistes et plus satisfaits de leur existence que les autres. De plus, ces personnes reportaient moins de troubles physiques, tels que des céphalées ou des maux de ventre.

D’autres travaux portant sur des adultes souffrant de maladies chroniques ont mis en évidence une augmentation des émotions positives (joie, enthousiasme, fierté, intérêt…) les jours où les sujets exprimaient leur reconnaissance.

Facteurs clés

L’orientation reconnaissante est l’un des traits de personnalité les plus liés au bien-être psychologique. Plusieurs phénomènes peuvent expliquer les liens entre gratitude et santé physique, mentale et sociale. (Lyubomirsky Sousa & Dickerhoof, 2005)

Les chercheurs ont observé qu’une amélioration du bien-être est plus élevée lorsque l’activité s’inscrit dans les intérêts et les valeurs de la personne et quand elle est exercée, ni trop souvent ni trop rarement. (Lyubomirsky, Sheldon, Schkade, 2005)

D’autre part, les stratégies et les pratiques doivent être effectuées avec persistance et engagement dans la durée. En effet, il a été observé que la poursuite d’objectifs personnels augmente le bien-être uniquement si les objectifs sont réellement atteints. (Brunstein, 1993; Sheldon & Kasser, 1998).

En effet si un individu veut se sentir plus heureux et plus joyeux, mais n’exerce pas d’effort dédié pour effectuer régulièrement des exercices d’amélioration, il verra peu ou pas de résultats.

Seule l’atteinte d’objectifs définis par l’individu, en cohérence avec ses valeurs et ses intérêts véritables, « self concordant goals » auront un véritable impact sur son bien-être subjectif. (Sheldon & Elliott, 1999; Sheldon & Houser-Marko, 2001)

Plus une personne a un niveau élevé d’orientation reconnaissante, moins elle présente de symptômes anxieux et dépressifs, de sentiment de solitude, d’envie ou de frustration. (Lyubomirsky, King, & Diener, 2005).

Par ailleurs, les chercheurs ont démontré que les effets liés à la gratitude sont d’autant plus importants que le sujet prend conscience de ces moments ou évènements particuliers.

Les personnes ayant un niveau élevé d’orientation reconnaissante se remémorent davantage de souvenirs positifs. Le sentiment de gratitude rend les aspects positifs de la vie plus saillants, ce qui renforce leur mémorisation.

Lorsque l’on demande aux individus ayant un niveau d’orientation reconnaissante élevé de se remémorer des évènements du passé, ils rapportent de nombreux souvenirs positifs, tandis que les sujets déprimés présentent une tendance à la remémoration négative. (Emmons & Shelton, 2002)

Le fait de pratiquer régulièrement la gratitude par des exercices appropriés et de centrer régulièrement l’attention sur les  » bonnes choses » et les « cadeaux » de la vie quotidienne, mêmes les plus  anodins ( respirer le parfum d’une fleur, observer la nature, savourer un moment entre amis, sourire à un(e) inconnu(e)…) ; permet d’éprouver  dans le moment présent de multiples émotions et sensations positives, qui ont un effet protecteur contre « l’adaptation hédonique ».

Se centrer davantage sur les éléments positifs de la vie, réduit le risque de dépression.

La gratitude au travail.

Je vous propose de penser maintenant à votre lieu de travail.
– L’orientation reconnaissante fait-elle partie de la culture de votre entreprise?
– Au travail, les personnes expriment-elles leur reconnaissance vis à vis de leurs collègues, de leurs collaborateurs ou de leurs managers ?

Les études menées dans les entreprises démontrent, qu’une minorité d’entre-elles ont favorisé une culture où la reconnaissance est une valeur partagée.

Selon une étude récente menée aux Etats-Unis et au Canada, 30% des employés disent remercier un collègue plusieurs fois par semaine et 20% disent remercier leurs managers plusieurs fois par semaine.

Pourtant la plupart des personnes interrogées ont constaté que dire « merci » à leurs collègues, leurs collaborateurs ou leurs managers les rend « plus heureux et plus satisfaits ».

Une étude de l’Université de Pennsylvanie, a mis en évidence que les employés d’une entreprise dont le dirigeant sait se montrer reconnaissant voient leur productivité augmenter de 50%.

Références bibliographiques :
Emmons RA, et al. “Counting Blessings Versus Burdens: An Experimental Investigation of Gratitude and Subjective Well-Being in Daily Life,” Journal of Personality and Social Psychology (Feb. 2003): Vol. 84, No. 2, pp. 377–89.
– Fredrickson, B. L. (2004). Gratitude, like other positive emotions, broadens and builds. In R. A. Emmons, & M. E. McCullough (Eds.), The psychology of gratitude (pp. 145–166). New York: Oxford University Press.
– Algoe, S., & Haidt, J. (2006). Witnessing excellence in action: The “other-praising” emotions of elevation,
– Grant AM, et al. “A Little Thanks Goes a Long Way: Explaining Why Gratitude Expressions Motivate Prosocial Behavior,” Journal of Personality and Social Psychology (June 2010): Vol. 98, No. 6, pp. 946–55.
– Lyubomirsky, Sousa, Dickerhoof, (2006) « The Costs and Benefits of Writing, Talking, and Thinking About Life’s Triumphs and Defeats » Journal of Personality and Social Psychology by the American Psychological Association.
– Lambert NM, et al. “Expressing Gratitude to a Partner Leads to More Relationship Maintenance Behavior,” Emotion (Feb. 2011): Vol. 11, No. 1, pp. 52–60.
– Sansone RA, et al. “Gratitude and Well Being: The Benefits of Appreciation,” Psychiatry (Nov. 2010): Vol. 7, No. 11, pp. 18–22.
– Seligman MEP, et al. “Empirical Validation of Interventions,” American Psychologist (July–Aug. 2005): Vol. 60, No. 1, pp. 410–21.
– Waters, L. (2012). Predicting Job Satisfaction: Contributions of Individual Gratitude and Institutionalized Gratitude. Psychology, 3, 1174-1176.
– Simon-Thomas, E. R. & Smith J. A. (2013). How Grateful are Americans. Retrieved from http://greatergood.berkeley.edu/ article/item/how_grateful_are_americans

 

error: Content is protected !!
REALISE® - Une nouvelle perspective dans le déploiement des potentialités humaines.Voir